The season to be jolly

Publié le 11 Décembre 2015

Hello world, long time no see. Le temps passe à une vitesse, c’est fou, j’en suis toujours la première surprise. Je ne sais même pas depuis combien de temps je n’ai pas écrit ici. Ah si, je sais, le week-end qui a suivi le 13 Novembre, sous le choc. Après le premier tour des régionales, le choc se confirme. Mais aujourd’hui je ne suis pas là pour parler de ça. Je suis là pour parler de moi (pour changer).

Pas vraiment de moi, enfin un peu, juste histoire de donner des nouvelles. J’ai enchaîné plusieurs articles assez déprimants sur les joies du chômage, et je suis ravie de pouvoir vous informer que ça y est, j’ai retrouvé le Graal, à savoir, un CDI. D’aucuns demanderont un CDI en quoi. J’ai le plaisir de vous répondre : en consolidation. Le retour aux sources de ce blog. Le logiciel comptable, les filiales, les saisies sous Excel, les auditeurs, et tutti quanti. Croyez-moi, j’ai beaucoup hésité avant d’accepter ce poste, d’autant plus que par un sens du timing tout à fait pourri, j’ai eu une autre offre au même moment, dans le secteur de la lingerie. Mais j’ai cédé aux sirènes du grand groupe français, du salaire agréable et des avantages CE, et surtout de la possibilité de faire autre chose sous trois ans. La conso a cela de merveilleux que même en entretien d’embauche pour ce poste-là, on te vend celui d’après, en te disant textuellement : « Bon, vous faîtes trois-quatre en conso, et après c’est ce que vous voulez, contrôle de gestion, audit interne, la fête à Dudule » (en finance d’entreprise tout de même).

Donc bon, à partir du 11 Janvier, je vais prendre la route de Boulogne tous les matins, retrouver mon ordi de bureau et mon open space, ma dizaine de collègues et ma cantine le midi. Je mentirais si je disais que ça ne me fait pas peur. D’un autre côté, il faut bien avoir un boulot, gagner des sous, reprendre un rythme de vie de travailleur plutôt que de chômeur. Alors je vais y aller. Et j’espère que tout se passera bien.

Cette semaine, j’avais aussi pour mission de trouver un appart, vu que celui dans lequel je suis actuellement va être mis à la vente. Coup de malchance, en revenant d’aller voter dimanche dernier, je me suis vautrée sur le trottoir sans aucune raison apparente, sauf que je me suis quand même fait une sacrée entorse. J’ai clopiné jusqu’à la route, appelé un taxi et me suis rendue aux urgences de l’hôpital Cochin. Là, l’infirmière, son assistance et le médecin se sont toutes foutues de ma gueule parce que j’avais pleuré de douleur (et d’angoisse à l’idée d’être clouée au lit pendant un mois) sur le chemin. Heureusement, il s’est avéré que c’est une entorse tout ce qu’il y a de plus banal, donc je suis bien affublée d’une attelle et de béquilles pour trois semaines, mais au moins c’est pas fracturé. Après trois heures aux urgences, je suis rentrée chez moi et j’ai commandé une pizza chez Domino’s, livrée à la maison. C’est allé mieux tout de suite.

Impossible donc (enfin, très relou) pour moi de faire des visites d’appart cette semaine. Mes charmants géniteurs ont donc rappliqué depuis leur Sud natal, direction la capitale et surtout le deux-pièces minuscule de leur chère fille. Mes parents et moi dans un petit espace clos, c’est la catastrophe, on s’engueule au bout de dix minutes. Ce séjour n’a pas fait exception à la règle. De temps en temps, ils sortaient pour faire une visite d’appart, se balader dans le quartier ou aller voir leurs petits-enfants et ça me faisait un peu d’air. Ils repartent demain matin et je suis joie. Bon, ils m’ont quand même rendu un fier service puisqu’on a trouvé un appart. Je vais donc habiter à partir de janvier juste à côté de Nation, dans le 20eme. Mon cher frère aîné n’a pas manqué de noter que ça me rapprochait dangereusement de mon neveu et ma nièce et qu’ils seront ravis de passer plus de temps avec leur tatie. Je le vois venir. Cela dit, c’est vrai qu’ils sont assez chou (si on oublie le fait que mon neveu a passé toute ma visite mercredi à taper sur mon attelle, même une fois que je lui ai expliqué que ça faisait mal).

Un appart, un boulot, dis donc, c’est que ça prend forme tout ça (enfin, en Janvier quoi). N’oublions pas l’autre protagoniste de cette histoire, j’ai nommé l’Anglais, qui va donc partager ce charmant deux-pièces près de Nation avec moi-même. Il est content (je crois). Il a peur (un peu) parce qu’il ne parle pas la langue. Il cherche du boulot (aussi). Ca va être chouette (j’espère).

En tous cas, j’ai hâte de pouvoir reprendre une vie sociale sereine, avec mon anxiété naturelle enfin un peu en veilleuse. J’ai passé de super soirées avec mes divers amis récemment et j’ai envie d’en passer plein d’autres avec tout le monde. On a fait une soirée gaming chez moi qui était chouette. Un resto japonais improvisé entre filles qui était cool. Une soirée d’anniversaire dans un bar de Vavin qui était réussie. Un afternoon tea avec une jeune maman dont je suis la témoin et sa toute petite fille dont je suis la marraine (grosse responsabilité envers cette famille). Justement, mes responsabilités de témoins de deux amies commencent enfin à se concrétiser. Il est temps d’organiser les fameux EVJF, enterrements de vie de jeune fille. Je ne parlerai d’aucun détail ici, les deux futures mariées me lisant (a priori). Sachez en tous cas que le monde merveilleux des ML de 20 personnes, des Doodle à répétition et des relances de participants s’ouvre enfin à moi. J’ai l’impression de manager une colonie de vacances. Heureusement, avec mes co-témoins, on va bientôt s’attaquer à la partie fun : le choix et l’organisation des activités !

Voilà voilà. La vie, elle continue, elle avance, moi aussi. Avec ou sans entorse. Les récents évènements continuent d’alimenter l’inquiétude et je continue à réfléchir et à choisir des engagements en 2016 histoire d’essayer d’agir à mon échelle. Bientôt, ce sont les fêtes de fin d’année et les fameuses bonnes résolutions. J’ai décidé depuis quelques années de ne plus en prendre, mais je vais peut-être faire une exception cette année. Je vous embrasse tous fort – stay safe et bon courage. A la prochaine !

Rédigé par Nombre Premier

Publié dans #Ma life

Commenter cet article